Evaluation

Travail réalisé par Baboloki MMATLI, Theo MOSEKI et Oganeditse PHAPHE-TSHERE

TEST DE COMPREHENSION ORALE

Compréhension Orale

Correction de Compréhension Orale


TEST DE COMPREHENSION ECRITE

 » Ex-beaux-enfants » Comment maintenir le lien ? »

Marie-Luce, 47 ans

« J’étais célibataire quand j’ai rencontré le père d’Emilie, 8 ans, d’Yves, 5 ans. Super enthousiaste, j’ai pris la famille en entier comme un lot, persuadée qu’avec beaucoup d’amour on y arriverait. Nous avons eu deux enfants, Auriane et Mérovée, les aînés ont choisi leurs deuxièmes prénoms. J’ai quitté leur papa au bout de quatorze ans, et j’ai proposé à Yves de partir avec moi ; il a refusé, par loyauté envers son père, je crois. On se téléphone régulièrement, il vient à la maison voir ses frères et sœurs. Je pense pour lui être une adulte de référence. Avec Emilie, dont j’ai été si proche, les choses restent plus compliquées. Quand elle était ado, nous avons eu un gros clash et nous ne nous sommes pas parlés pendant deux ans ».

Yves, 24 ans
« J’avais déjà vécu une séparation et j’étais heureux que mon père retrouve quelqu’un. Marie-Luce a été ma seconde maman, assurant le quotidien, me poussant dans mes études. Plus exigeante que ma mère, plus cool aussi. Jamais je n’ai ressenti de différence dans l’amour de ma belle-mère pour ses « vrais » enfants et nous. Cela a compté, bien sûr, dans mon attachement. Aujourd’hui, c’est la mère de mes frères et sœurs, on célèbre Noël, les anniversaires dans un joyeux désordre. Je la vois autant que ma propre mère, car elle est devenue ma confidente. Quand j’aurai des enfants elle sera la troisième grand-mère ».

Odile, 43 ans
« A 22 ans je suis tombée amoureuse de Thierry qui avait dix ans de plus que moi et déjà trois enfants, de deux mamans différentes. Avec Emmanuelle, 6 ans, Astrid, 5 ans, et Jerôme, 2 ans et demi, j’ai tout de suite joué à la maman, inconsciente du challenge. Victor, notre fils, est né et treize ans plus tard, j’ai rencontré quelqu’un d’autre. Puis ma belle-fille Emmanuelle a eu un cancer. Cette maladie nous a donné à tous une sacrée leçon de vie. Il a fallu faire front ensemble, les mamans, le papa, les nouveaux partenaires, les enfants : les conflits ont été vite balayés. Aujourd’hui, Emmanuelle travaille avec moi comme journaliste sur mon site. Les gens la prennent pour ma fille, ce qu’elle est, en vérité ! Victor, mon fils, est le trait d’union de cette tribu.».

Emmanuelle, 26 ans
« Odile s’est beaucoup investie dans notre vie : devoirs, bains, sorties, elle nous a pris en charge alors que rien ne l’y obligeait. Contrairement à ma mère, très fusionnelle, elle a ce demi-centimètre de distance qui lui a permis de nous aimer différemment. Sa séparation d’avec papa a été douloureuse, mais je savais qu’elle ne me quittait pas, moi. Quand je suis tombée malade, elle m’a offert une oreille attentive, des massages, des adresses… Elle représente un repère, comme sa maman que j’ai adoptée comme grand-mère ».

Guillaume, 49 ans
Julie et Lou, mes enfants, avaient 6 et 3 ans. Quand j’ai rencontré Lucille, la maman de Marie, 9 ans et d’Hugo, 7 ans. Nous avons commencé par des week-ends communs, puis des vacances et enfin un grand appartement, tous ensemble. J’ai joué le rôle de pater familias de cette tribu d’enfants, sans me substituer au papa de Marie et d’Hugo. Je ne m’autorisais pas à les punir, ou à fixer des règles de sortie, d’argent de poche, mais nous avons tissé au quotidien des liens très forts. Avec Hugo, cela fut assez facile. Marie, elle s’est montrée très rebelle bien avant l’adolescence. Quand j’ai quitté leur maman, les enfants ont refusé de venir chez moi. En ne les voyant plus, j’ai eu le sentiment de perdre une partie de ma famille. J’ai alors eu l’idée de les prendre comme assistants lors de mes voyages de photographe. Ces moments passés ensemble au Maroc, au Venezuela et ailleurs, ont été un formidable moyen de discuter de ce qui s’était passé, de renouer des relations. Ils ont décidé de revenir à Patmos, mon île grecque en été. Je suis heureux de les avoir retrouvés et je serai toujours impliqué dans leur vie.

Marie, 23ans
J’ai eu vite un problème avec cette image idéale de famille recomposée, où l’on devait tous s’aimer. Voir arriver l’amoureux de ma mère qui me donnait des ordres et vivre en communauté m’ont été difficiles : je me suis montrée très désagréable. Quand il est parti, je le détestais pour avoir rendu ma mère malheureuse. Et puis il m’a proposé ce poste d’assistante que j’ai accepté pour gagner des sous et pour voyager. Au Maroc, j’ai découvert l’homme, sa passion pour les photos, les voyages… On s’est retrouvés comme deux adultes, en dehors de l’histoire familiale. J’ai regretté d’avoir été pénible. Aujourd’hui c’est vraiment mon beau-père !

Hugo, 21 ans
Comme, il y avait quatre filles à la maison, on s’est retrouvé avec Guillaume dans des activités de mecs : bricolage, VTT, puis moto. Petit, je restais ambivalent à son égard : je me souviens lui avoir crevé le pneu de son vélo ! Je n’ai pas pris position dans la rupture, ni dans le déménagement, réfugié dans mes trucs d’ado. L’an dernier j’ai emmené mon amie à Patmos, là où il passe ses vacances : j’ai rencontré sa nouvelle femme, sa petite fille, sur la plage, de manière naturelle. Encouragé par ma mère qui voulait que l’on se retrouve, je suis parti avec lui en voyage, en adulte cette fois. J’ai beaucoup d’affection pour lui, il a marqué mon enfance.

Compréhension Ecrite

Correction de Compréhension Ecrite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :